Train de vie

Voici quelques bribes de conversations (et un dialogue intérieur) entendues (et pensé) dans le train, retranscrites telles quelles, sans adaptation aucune!


On disait que c’était la nuit et tout le monde dormait.

(Mais c’EST la nuit! Et tout le monde dort, sauf toi. Et moi donc.)

Viens maman, on dit bonne nuit le chien…

…tu lui as pas dit fais de beaux rêves. Dis fais de beaux rêves.

(au panier, le clebs!)

Maman, on va dans la cabane ou la maison rouge? Autour de la cabane y’a un champ de pissaulits.


On dit pissenlit mon chéri.

Ouais. Et la maison a des rideaux rouges aussi.

Viens maman on va réveiller le chien.

(oh non pitié laisse-le où il est le chien!)

Tu peux passer par là, on disait que c’était le chemin vers la clairière du château mendit.

On dit maudit mon chéri.

Ouais. Et regarde, il s’est relevé le chien!

(moi aussi je me suis relevée avec tout ça).


(Je soulève une paupière. Rideau vert. Contrôleur dans le couloir. Torticolis. Faim! Joue qui gratte. Froid. Atchoum au loin. L’accoudoir est cassé, il n’arrête pas de retomber. Au mur, adorable dessin d’un portable qui dort. Et pourtant…)


A l’oral, je l’aurais grave justifié le truc, mais franchement j’étais trop pas d’accord avec les questions.

(…)

Tu sais ce qu’on dit…qu’il faut s’imaginer les examinateurs à poil, ou en train de faire pipi…ben ça m’a pas aidé du tout! C’est hyper déconcentrant.

(…)

Et il me dit: « partir, c’est mourir un peu ». Je me suis dit *** il va pas s’y remettre…

(…)

Alors je lui dit: si tu m’annonces, comme ça, cash pistache, que tu vas me faire un bisou, ça va être compliqué tu vois…(??) Attends ça capte plus là, j’te rappelle!


(Oeil qui gratte. Nez aussi. Atchoum au loin. Je passe 7 heures dans le train pour rallier Paris à Toulouse. 680 km, 1h de moins que pour faire Lisbonne – Rio, 7718 km. Problème de math dans ma tête. Parfait, avec ça je me rendors.)


– « Mesdames messieurs, nous vous remercions pour votre…patience et votre…bagou ».

– Bof.

– Ben si y’a le G! « Le personnel de ce…wagon (haha!) est là pour répondre à vos…

– questions! »

– C’est pas à toi.

– Oui mais comme ça je case le Q.

– « Un bar est à votre disposition voiture 15…bien qu’il n’y ait pas de…whiskey! » Yes!

– Wow, mot compte triple en plus!

– « Ce train ne passera pas par Auxerre »

– Non non! Nom propre, ça compte pas.


(Non mais je rêve ou ils jouent au Scrabble en faisant leur annonce? Quelqu’un vient de refermer sa poubelle. Atchoum au loin: ce mec fait de l’allergie! Le type qui vient de passer ressemble à Sanka dans Rasta Rocket.)


Excusez-moi, c’est bien la voiture 14 ici?

Oui.

Et bien je suis assise ici alors.

Ah bon? Je croyais que c’était sans réservation la 14?

Non regardez…

D’accord vous avez un billet. Moi aussi j’ai un billet.

A tous les coups, le vôtre ne dit pas « place 47, voiture 14 ».

Qu’est-ce que ça change? Ça change que mon billet à moi, il dit ça. Donc ici c’est ma place.

Oui mais là juste à côté y’a personne, et comme ça on a tous les deux deux places pour s’allonger.

Mais moi je ne m’allonge pas.

Oui mais ça revient au même.

Ben si ça revient au même, allez-y vous sur les places d’à côté! Ici c’est ma place.

Mais c’est pareil!

Et ben justement.


(Au secours, vous êtes lourds! Pfff…n’empêche, je n’en reviens pas de ce que j’ai lu aujourd’hui. Brad Renfro, mort en 2008! Mais j’étais où? Dommage, il était bien cet acteur. Surtout dans Sleepers. En même temps je ne l’ai vu que dans Sleepers. Froid. Faim. Mal au dos, changement de position. Ah oui c’est vrai, l’accoudoir est cassé. Atchoum au loin.)


Je vais jusqu’au wagon de queue pour voir s’il y a de nouvelles têtes!

0 vue0 commentaire

Posts récents

Voir tout