Regard sur l'oeil



Oyez oyez, après 2 opérations, des centaines de gouttes, 3 tubes de crème et 5 mois de galère, mes yeux vont mieux. Pour fêter ça, je fais le bilan en dévoilant le florilège des réactions que j’ai suscitées. C’est ça d’être une curiosité, faut assumer!

Pour résumer, je me suis fait retirer une excroissance de la cornée dans chaque œil, à l’ancienne (donc pas au laser). Une expérience que je ne suis pas prête d’oublier. Et si l’envie me prenait, mon pass professionnel se chargerait de me l’ôter aussitôt, car la photo dudit pass a été prise une semaine après la première opération et que donc j’y arbore un magnifique œil gonflé comme un grain de pop-corn. (Au choix, préférez l’œil au beurre noir, au moins ça fait rebelle.)

.

Il y a ceux qui maternent – Ma pauvre chérie (puce, roubidouchette…) j’ai tellement mal pour toi. Ce à quoi j’ai envie de répondre que merci, mais franchement ce n’est pas la peine, une personne avec cette douleur, c’est bien assez. Cette catégorie n’inclut pas la famille ni les proches évidemment. Eux ont le droit de materner, paterner, fraterner, sympathiser…Ils l’ont fait d’ailleurs et je les en remercie.

.

Ceux qui connaissent par cœur même s’ils ne sont pas passés par là

– c’est normal. Ma mère ça a mis un mois et demi à guérir

– mais c’était pas la même opération, si?

– non mais c’est pareil, c’est l’œil. Arrête de toucher

– ça va, je me gratte la paupière (!!

– tu devrais mettre un cache

– les médecins m’ont dit que ce n’était pas la peine

– oui mais ma mère l’a mis et ça a aidé

– … (tu me les casses avec ta mère)

.

Ceux qui n’osent pas trop en parler ou qui font comme si de rien n’était, parce qu’ils ne savent pas trop quoi dire.

– …on verra ça à la réunion de demain. Au fait ça va ? (accompagné d’un geste vague en direction du visage)

– moui ça v…

– bon super.

.

Ceux qui n’en ont rien à cirer mais qui à force d’entendre tout le département en parler depuis 4 mois, demandent soudain :

– mais qu’est-ce qu’il t’es arrivée en fait?

– (discours habituel, répété en mode automatique)

– ahh! donc tu vois bien!

– ben là là non, mais je n’ai pas de problème de vue si c’est la question

– c’est pas le laser alors?

– non voilà, rien à voir.

.

Ceux qui font des blagues: « ma fille aussi fait journée pirate à l’école aujourd’hui! »

.

Ceux qui demandent plein de détails et n’assument pas:

– t’as senti quelque chose?

– oui les points de suture je les ai sentis passer

– Argh, non, je veux pas savoir. Fais voir? (je montre) Argh non je peux pas regarder c’est horrible.

.

Et le meilleur pour la fin, ceux qui se montrent très confiants quant a la guérison rapide : – je suis SÛRE que ça va bien se passer -…(c’est gentil ça. Tu y connais un beignet mais tu mettrais ta main à couper? J’aime les gens qui vivent dangereusement.)

Le problème avec eux, c’est que si ça ne va pas mieux de jour en jour, on finit par se faire engueuler tellement ils sont vexés de s’être trompé : – mais là, ça va mieux quand même, NON?? – non je suis désolée de te décevoir mais je morfle encore sévère. – c’est dingue ça! NON mais ça va aller maintenant! – … si tu le dis!

2 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout