Fiches astuces

Dernière mise à jour : 18 déc. 2021

Top 5 des cadeaux pour voyageur

De nos jours, tout le monde a dans sa famille et ou ses proches un baroudeur, une globe-trotteuse, un voyageur plus ou moins irréductible qui ne parle que d’aventures et de nouveaux périples. Cette race d’explorateurs auto-proclamée (dont je ne me cache pas de faire partie) est parfois difficile à contenter. À les écouter, seule une participation à leur prochain billet d’avion leur fera plaisir et surtout, « rien de matériel par pitié, je n’en ai pas besoin et ne saurais pas où le mettre ». Vous avez déjà feinté avec le protège-passeport, le porte-étiquette de valise et l’adaptateur électrique multi-pays? Voici une petite liste qui pourrait en bluffer quelques-uns.

1/ Une carte du monde à gratter. Rares sont les voyageurs qui n’aiment pas contempler le chemin parcouru. Ce n’est pas nécessairement par fierté, c’est même souvent par humilité. « mon Dieu tout ce qu’il me reste à voir! » me vient plus naturellement à l’esprit que « wow tout ce que j’ai fait ». Ça fait 3 fois qu’on me l’offre, maintenant je les gratte par thèmes.

2/ Un carnet étanche. Petit, en tous points similaire à un Moleskin, sauf que ses pages en papier plastifié résistent à l’eau. Non seulement vous pourrez tenir un carnet de voyage en pleine mousson, mais surtout vous ne perdez pas vos écrits si votre sac prend l’eau (ou si vous renversez une tasse sur la page)

3/ Un ukulélé. Facile à apprendre seul, ultra léger et du même coup très facile à transporter, cette petite guitare à quatre cordes peut devenir votre meilleure amie. C’est créatif, ça détend, et c’est social. « Ouais joue quelque chose! Non mais je viens juste de commencer… »

4/ Un petit sac repliable. Léger, solide, compact…replié, il fait la taille de mon poing et peut s’accrocher à un porte-clé ou un mousqueton grâce a sa boucle intégrée. Déplié, il a tout du sac plastique (taille, anses) en plus écolo et beaucoup plus solide. En voyage, il me sert tout le temps!

5/ Un roll-on aux huiles essentielles. Il prend la place d’un stylo et fait des miracles sur les tempes, dans l’avion, le train, le bus, ou toute autre situation dans laquelle on cherche à se détendre. Autre très bon point du roll-on, il sent bon. Et comme on l’applique près du nez, il prend le dessus sur les éventuelles mauvaises odeurs environnantes (comme dans un dortoir par exemple…)

Bonus « pour le plaisir »

Loin d’être indispensables, ces petits plus pourraient combler les coquet(te)s Pour elle : un mini-lisseur. Si comme moi vous avez les cheveux épais et vaguement ondulés, vous ne POUVEZ pas avoir de frange sans la lisser (du coup je n’ai plus de frange…à bon entendeur! :) Pour lui : une tondeuse. Pour l’entretien de ses poils de mâle, ça lui évite de passer par la case coiffeur (bien que le barbier soit dans de nombreux pays une expérience culturelle à ne pas manquer, messieurs!)


PS: famille, amis, exception faite du bonus « pour elle », ceci n’est pas ma liste au père-Noël, les photos de cet article étant toutes tirées de ma collection personnelle. Mais si vous voulez m’offrir une quatrième carte à gratter, je pourrai enfin renseigner les pays dans lesquels j’ai mangé des petits pois!

 
L’équipement adéquat : désert

Dans le désert, vous aurez chaud (on ne vous apprend rien), mais vous aurez aussi froid…la nuit. La première raison est que dans le désert, il n’y a rien pour conserver la chaleur une fois le soleil couché. La deuxième raison est le taux d’humidité. L’eau s’évapore dans l’air la journée, puis avec la condensation retourne à l’état liquide la nuit. En très bref, voilà pourquoi cette liste réunit du matériel chaud-froid. Pour la tenue, on vous dit tout un peu plus bas.

Le charmant copain qui porte votre équipement un temps

Boussole : dans le désert, tout se ressemble. La boussole sera une aide précieuse pour trouver votre chemin. Si vous savez vous orienter avec le soleil, la boussole est optionnelle pour une navigation basique. Rappel : utilisez les ombres, et n’oubliez pas dans quel hémisphère vous vous trouvez!

Crème solaire protection maximale : La majorité de votre corps devrait être couverte. La crème servira donc pour le visage et le cou essentiellement. Gardez en mémoire que les parties bombées ou protubérantes rougissent plus vite…front, nez et oreilles risquent fortement le coup de soleil. Crémez-vous également les mains, souvent exposées. La peau à cet endroit est fine et s’abîme vite.

Lunettes de soleil : indispensables partout, elles sont carrément incontournables dans le désert. Méfiez-vous des verres teintés. Assurez-vous que la protection UV est du meilleur niveau.

Poche d’eau type Camel Back : dans les films, les aventuriers s’hydratent au moyen de gourdes en peau de chameau. D’une, l’eau a un goût immonde, de deux c’est franchement moins pratique. Prenez également un contenant qui vous permettra de remplir votre poche d’eau facilement quand vous tomberez sur une oasis. Dans le désert, on préconise un minimum de 3 litres par jour.

Tablettes de réhydratation / électrolytes : La déshydratation est source de tous les problèmes ; maux de tête, courbatures, tendinite. A moins que vous ne préfériez boire votre urine, les tablettes vous sauveront. Elles contiennent l’essentiel dont votre corps a besoin, dont sels minéraux et sucre, que vous perdez en transpirant. Si toutefois vous tenez à goûter votre pipi, buvez-le tant qu’il est chaud. Sinon il devient pro-pisse (haha) au développement des bactéries.

Sac de couchage : Que vous soyez sous la tente ou à la belle étoile (bon courage), vous en aurez besoin. Un sac compris pour des températures entre 5 et 15°c devrait largement suffire, à moins que vous atterrissiez dans une tente bédouine, et là vous aurez toutes les couvertures qu’il vous faut.

Pierre de magnésium : Effritez-la afin d’avoir un petit tas de poudre que vous allumez avec une étincelle. Cet élément brûle à 2000°c…autant vous dire que vous ne ferez qu’une bouchée du bois humide. Bon certes, cette manipulation a un raccourci, appelé briquet.

Vue de notre campement à Merzouga

 
S’habiller en voyage : tenue désert

Avant toute chose, nous tenons à vous préciser que cette liste ne sera pas suffisante pour traverser le désert du Kalahari. En revanche, si vous passez le nouvel an dans les dunes du Maroc ou que vous partez en jeep trois jours dans le Wadi Rum, cet article peut vous être utile.

Habillons-vous de la tête aux pieds

Chapeau : le soleil tape fort, personne n’a envie de vous retrouver en train de boire du sable dans un mirage.

Bonnet : oui vous avez bien lu. On peut facilement se laisser surprendre par le froid et l’humidité que dégage un désert la nuit. C’est bien connu, 80% de la chaleur corporelle s’échappe par la tête. Dormez couvert!

Chèche : c’est un long foulard que vous pourrez enrouler autour de la tête et du cou. Il isole du vent et du sable. Ce dernier s’infiltre partout, vous en aurez de toute façon jusque dans le slip…autant éviter l’ensablement! Bonus : le chèche peut servir de coussin la nuit.

Un T-shirt technique : choisissez une matière qui sèche vite et est traitée antibactérien (ça ne vous évitera pas de tomber malade, par contre ça vous évitera de sentir trop mauvais!)

Une veste multipoches : c’est fashion, mais pas que. Ca permet de ranger les fameux 10 petits objets qui sauvent la vie, et de se couvrir sans surchauffer.

Un pantalon à étages : c’est un deux-en-un ultra pratique, qui vous permet de couvrir et découvrir vos jambes en un zip. Couvrez pour éviter les coups de soleil par exemple, ou le sable qui fouette pendant une tempête.

Des chaussures légères, qui laissent vos pieds respirer. On n’insistera jamais assez sur l’importance de prendre soin de vos pieds. Faites attention aux semelles…tous les déserts ne sont pas de sable.

Des sandales. Vous serez content d’aérer vos orteils après une longue et chaude journée de marche. Si vous hésitez encore, pensez à la mycose.

– Et pour les dessous? Du confortable! Mesdames, la dentelle est à proscrire. Messieurs, faut que ça respire!

Le jour où j’ai trouvé ce chèche abandonné, je n’aurais jamais imaginé qu’un jour un Touareg me l’enroulerait sur la tête.

Les dunes de l’erg Chebbi au Maroc

 
Top 10 des petits objets qui sauvent la vie

Toute femme qui se respecte a dans son sac à mains des mouchoirs et une lime à ongles ? Et bien là c’est pareil. Tout voyageur un tant soit peu aventurier a dans son back-pack ces 10 petits objets qui sauvent la vie :

1/ Ruban adhésif type « Duct tape » : (enroulez-en un peu autour d’un crayon, ça prendra moins de place). Vous pourrez vous en servir pour tout réparer! Une bande de chaque côté du tissu, et le trou a disparu. Sur une sangle ou une poignée, ce scotch offre un renfort et une bonne prise en main. Enfin, une bande suffira pour faire taire votre voisin de bus.

2/ Sifflet : incontournable pour faire la circulation bien sûr! Et donc pour être entendu de loin: portez-le avec un ressort autour du poignet lors d’une baignade en eaux agitées, en repérage en forêt…


3/ Petit nécessaire de couture : les loisirs créatifs sont idéaux pour occuper votre temps libre en voyage. Plus sérieusement, tout ce que vous n’aurez pas réparé avec le Duct tape, vous pourrez sûrement le recoudre. D’autre part, tous les éléments du kit peuvent être utiles séparément (à part le chas peut-être…).

4/ Bandana : les bars du monde entier organisent des soirées déguisées années 80! Mais aussi, le bandana est multifonctions. On le porte en bandeau pour se tenir les cheveux, en garrot sur une blessure grave, en chiffon en cas de fuite d’huile, en filtre d’eau (mais pas après la fuite d’huile), et j’en passe…


5/ Allumettes étanches : Sachez que frotter deux bâtons l’un contre l’autre ne marche pas à tous les coups: il faut le bon bois! Evitez les cloques, grattez une allumette! Même si elle est mouillée, vous aurez votre feu (et vous nous remercierez). Idéal pour souffler les bougies sous la mousson.


6/ Miroir de poche : sans parler de refléter le soleil pour attirer l’attention du seul bateau à 10km à la ronde, il n’y a rien de pire que d’avoir une poussière dans l’œil et ne pas pouvoir s’en débarrasser.


7/ Couteau : est-il vraiment nécessaire de préciser en quoi un couteau vous sera utile? Et puis si vous vous coupez le doigt, n’oubliez pas que votre bandana peut faire office de mouchoir.

8/Quelques bâtons lumineux : vous savez ces gadgets qu’on craque et qui deviennent fluo? Ça ne sert pas qu’en boîte de nuit. Vous visiterez peut-être une grotte par exemple! Et sinon? Attachez-le sur le sac à dos si vous marchez de nuit au bord de la route (oui une bande réfléchissante marchera aussi, si tant est que le conducteur ait ses phares allumés).


9/ Mousqueton : un peu comme le couteau, c’est une évidence. Le mousqueton ne sert pas qu’aux alpinistes. Vous y accrocherez vos chaussures, sacs plastiques (les poubelles lors d’un pique-nique par exemple), etc… 10/ Lunettes de soleil : je ne dis pas ça parce que j’ai une excroissance de la cornée sur chaque œil, mais pro-té-gez vos yeux! Sans oublier que le soleil est à peine filtré par un ciel couvert, donc même quand il fait le timide, vous devriez porter vos lunettes, sans compter que c’est une affaire de style.



BONUS : la boussole. Pourquoi ne fait-elle pas partie des 10 objets? Parce qu’il faut savoir s’en servir. Tout le monde peut trouver le nord, mais encore faut-il savoir quoi en faire…

Et vous, quels sont les petits essentiels sans lesquels vous ne partez pas ?

 
Sécurité : quelques mesures pour voyager serein

On aimerait se dire que tous les pays sont sûrs, qu’on ne craint rien et que le voyage n’est que rencontre et bonne humeur. Mais comme ce n’est pas vrai, et que tout miser sur la ceinture kangourou camouflée sous les vêtements est un peu limite, on a réuni pour vous des petites idées pour que la sécurité ne soit pas un tracas.

Très pratique, le duo chaîne / cadenas.

L’identité protégée

B.A BA sécurité : un scan des papiers

– Éparpillez vos papiers d’identité. Pas les vrais, mais les copies : si vous voyagez en duo, mettez un set complet dans le sac de votre binôme. (1 set = passeport, carte d’identité, permis de conduire, visa, attestation d’assurance, certificats de vaccination).

– Digitalisez vos papiers : en plus des copies papier, assurez-vous d’avoir une version électronique de vos papiers importants, sur une clé USB ou un disc dur externe. L’idéal est de les sauver en ligne, sur Google Drive par exemple. Ainsi vous y aurez accès, même dépouillé.


Paré contre les filous


– Si vous voyagez dans une zone réputée pour ses pickpockets, ayez un faux portefeuille dans votre poche habituelle de pantalon ou de sac. Celui-ci contiendra un peu de monnaie et des cartes de fidélité. Bonus : si vous avez déclaré votre carte de crédit perdue, mais que vous l’avez retrouvé, la date de validation sera peut-être encore bonne, bien que la carte ne fonctionne plus après opposition. 100 points de crédibilité pour votre faux portefeuille!

– Une chaîne métallique et un cadenas vous permettront d’attacher votre sac à dos dans les hôtels ou les transports en commun. La chaîne est particulièrement recommandée en Inde par exemple, où les trajets de train peuvent durer plus de 40h (il y a fort à parier que vous allez finir par vous endormir et donc baisser la garde).

– Une trousse de secours : on la détaille ici.

Le point sécurité suivant s’adresse surtout aux femmes voyageant seules. Parce qu’on a beau être courageuses et débrouillardes, il y a des fois où à moins d’être ceinture noire de karaté, on n’est pas sûre de s’en sortir toute seule.

– Si vos pérégrinations peuvent vous amener à vous balader seule le soir dans des coins pas très fréquentables, envisagez d’avoir sur vous une arme de défense type bombe lacrymogène. Vous ne vous en servirez probablement pas, mais ça peut donner confiance. Et au cas où, vous serez bien contente de l’avoir. Vous n’êtes pas convaincue? Dites-vous que si ça ne vous rassure pas vous, ça rassure votre entourage.

 
Bien s’occuper de ses pieds, un must en randonnée

Avant toute chose, il vous faut une bonne paire de chaussures. Pour avoir fait beaucoup de marches en Puma Mostro, je ne peux que vous recommander de ne pas faire la même erreur. Avec une bonne paire de chaussures et un peu de talc, vous éviterez la plupart des tracas que nous évoquons plus bas. Sur votre voiture, vous entretenez les pneus? Et ben là c’est pareil. Les pieds, il faut s’en occuper.


Un conseil pour les chaussures de marche: il faut que la cheville soit bien tenue, que la languette ne fasse pas de pli et soit bien fixée. Cela permet d’éviter que le pied ne glisse d’avant en arrière et permet donc de limiter les frottements et les échauffements. La pointure vient en second, en gardant à l’esprit qu’une chaussure légèrement trop grande pourra être portée avec une semelle, alors qu’une chaussure trop petite ne s’allongera pas vraiment. La matière, la semelle et la forme dépendront de l’environnement, du type de randonnée et du budget bien sûr.

SOS pieds mouillés

Votre ennemi, c’est ce qu’on appelle la maladie des pieds des tranchées (nommée ainsi pendant la première guerre mondiale) : Restée trop longtemps humide, la peau mal irriguée meurt et se détache par plaques, laissant le pied à vif. Bon, ok, c’est extrême, mais mieux vaut prévenir que guérir. Cela dit, sans vouloir vous effrayer, les prémices peuvent se faire sentir en une journée; alors si vos pieds sont fripés, prenez-en soin tout de suite.


Si vous transpirez (et vous allez transpirer), vos chaussures seront mouillées de l’intérieur. S’il pleut (ou que vous marchez dans la rosée du matin), vos chaussures seront mouillées de l’intérieur ET de l’extérieur. Dans tous les cas, le meilleur moyen de les sécher est de les aérer, les remplir de talc puis les bourrer de papier journal pour absorber l’humidité et les odeurs. Ca parait idiot, mais sortez quand même les semelles, et talquez-les séparément. N’étalez pas vos chaussettes mouillées sur les chaussures…ça ne fait qu’obstruer la matière qui doit respirer pour sécher.


Pareil pour les pieds : on talque, on laisse sécher, et si on a froid on couvre avec des chaussettes sèches.

Bobologie

Échauffements : c’est le stade pré-ampoule. Couvrez la zone avec une gaze et un sparadrap pour limiter les dégâts et calmer la douleur due au frottement.

Ampoules : si vous passez au travers, vous êtes cocus! L’idéal, c’est de mettre des pansements seconde peau sur les zones susceptibles de développer des ampoules. Mais si l’ampoule est déjà là, on la perce avec une aiguille désinfectée (brûlez la pointe), on la vide, et surtout on laisse la peau (qui protège la plaie). Option grand luxe, on pose une gaze dessus, pour l’effet molletonné.

Plaies : vous vous êtes ouvert en marchant sur un coquillage mutant? (nous n’insinuons pas que ledit coquillage a traversé la semelle de votre chaussure, mais plutôt que vous vous êtes déchaussé momentanément…) Désinfectez bien et couvrez avec un pansement pour continuer la marche. Aérez dès que possible. Nettoyez, désinfectez et changez le pansement très régulièrement.

Piqûres : ne grattez-pas. Sinon, reportez-vous au paragraphe sur les plaies ci-dessus. Il est conseillé d’anesthésier les piqûres avant de démarrer une marche, car la circulation sanguine va les activer. Si vous avez accès à des glaçons, c’est idéal. Sinon, une bonne pommade ou un stick à mini décharge électrique feront l’affaire.

Évitez de quitter vos chaussures avant d’être arrivé à destination. Les pieds gonflent, se rechausser est un challenge, et remarcher peut être extrêmement douloureux.

 
Trousse de secours : basique ou élaborée?

Mieux vaut prévenir que guérir, c’est bien connu. Voyager avec une petite trousse de secours permet de respecter cette maxime. Veillez à adapter la trousse de secours à votre type de voyage ainsi qu’à la destination choisie. En amont, faites les vaccins nécessaires, ça vous évitera de sortir la trousse tous les deux jours!


Les basiques

– Compresses gazes : ces morceaux de coton tissés et stériles permettent d’essuyer la plaie, mettre de la pression dessus si nécessaire, nettoyer autour, etc . . .Tout contact avec une plaie se fait via la gaze.

– Moleskin : c’est une seconde peau pour les ampoules, dont l’application semble contre-intuitive, c’est normal. On la pose autour de l’ampoule et non dessus, en découpant un cercle troué en son centre. Elle permet de relâcher la pression sur l’ampoule en créant une couche supplémentaire de « peau » autour.

– Strips de suture : ils permettent de refermer une petite plaie profonde, en attendant éventuellement les points de suture (on est bien d’accord que si votre jambe est ouverte du genou à l’aine, les strips ne vous aideront en rien).

– Compresses antiseptiques imprégnées : alcool ou Bétadine : idéales pour désinfecter un petit bobo sans gaspiller, de la coupure superficielle à l’ampoule percée. Plus facile à transporter, la compresse remplace le spray.

– Crème antiseptique (ex: Fucidine) : elle s’applique sur la plaie, pour éviter l’infection pendant la cicatrisation.

– Set de pansements : sans aller jusqu’au pansement spécifique pour le pouce ou le 4ème orteil, prévoyiez différentes tailles tout de même.

– Un rouleau de bandage : Il permet de maintenir un pansement en place, ou poser une attelle.

– Un petit rouleau de sparadrap : là aussi, pour maintenir une compresse ou réaliser un pansement fait à base de gaze.

– Une paire de petits ciseaux : c’est un indispensable de toute bonne trousse de secours qui se respecte!

– Comprimés antidouleurs : l’aspirine à croquer est pratique en voyage, car vous pourrez le prendre même sans accès à l’eau.

– Unidoses d’eau oxygénée : on la verse sur une plaie pour la nettoyer, avant de la désinfecter, pour sortir toutes les impuretés. On peut s’en servir seule, pour nettoyer une égratignure.

– Unidoses de solution ophtalmologique : elles servent à rincer l’œil (et non pas SE rincer l’œil, mouahaha) pour le débarrasser d’impuretés, ou l’humidifier s’il est trop sec.

– Médicaments sans prescription : on ne va pas citer de marques, mais pensez aux symptômes suivants en préparant votre trousse : douleurs, fièvre, maux de tête, diarrhée, nausée, rhume (rien de pire que de prendre l’avion avec les sinus congestionnés!)

Les extras


– Kit de suture : Tout petit, il comprend un set d’aiguilles, du fil de suture et des gants. Si vous allez dans un coin où les soins sont douteux ou limités, donnez-le au médecin ou à l’infirmier qui vous soigne, car s’ils sont compétents, ils n’ont malheureusement pas toujours à disposition du matériel stérilisé. – Médicaments prescrits : antibiotique spécifique, traitement contre la malaria, pilule contraceptive . . . – Couverture de survie : elle vous servira après un traumatisme quelconque, si vous restez longtemps dehors. Elle permet de maintenir la température corporelle d’une personne en état de choc en attendant les secours. C’est très léger, mais ça sauve des vies.

 
Voyager à la dure : trucs et astuces d’un militaire

Peu de corps de métiers ont dans leurs tâches quotidiennes de faire le maximum avec le minimum. Un mot: rustique. Si ce terme vous parle et que vous souhaitez vous challenger, que vous n’hésitez pas à vous mettre dans les situations les plus abracadabrantes, ces quelques trucs et astuces vus chez les militaires vous sortiront de l’embarras, ou rendront tout simplement votre voyage un tout petit peu plus supportable. On vous rassure, on vous la fait en mode camping, pas en mode commando.

L’écorce (si elle est souple) est aussi un bon isolant

– Sécher les chaussettes autour du cou : ça vous dégoûte? Ce n’est que le début! Cette zone du corps génère beaucoup de chaleur, et la forme du cou se prête bien à celle de vos chaussettes. Avec un peu de chance, l’odeur vous coupera l’appétit et vous ferez même des économies.

– S’isoler du froid du sol avec un tapis de feuilles : le sol sera toujours plus froid et plus humide que vous. Par conséquent si le sol est froid, vous aurez froid, même si la tente est chaude. Si vous n’avez pas de tapis de sol ultra isolant, étalez un tapis de feuilles le plus épais possible sous la tente, à l’endroit où vous comptez vous coucher. Si vous manquez de verdure, privilégiez le haut du corps.

– Marcher la braguette ouverte : ce conseil s’applique surtout aux hommes et non ce n’est pas de l’exhibitionnisme. C’est un système de climatisation comme un autre, qui permet par ailleurs d’éviter les échauffements entre les cuisses, terriblement douloureux.

– Utiliser un tampon pour faire du feu : ce conseil marche aussi bien pour les hommes que pour les femmes! Le tampon étant du coton compressé, il prend très bien feu. Inutile de préciser que ce dernier doit être sec, donc neuf, ahum.

– Préférer les mitaines aux gants : vous gardez la mobilité de vos 10 doigts. S’ils sont congelés, fermez le poing, car la main reste chaude. Au passage, les moufles sont à proscrire.

– Pierre d’Alun : entièrement naturelle, elle est anti-allergique, anti-irritation, anti-odeur, anti bactérien, bref, anti-tout (sauf peut-être anti-moustiques). On s’en sert surtout comme déodorant, mais les hommes peuvent aussi la passer sur une peau fraîchement rasée. C’est une trousse de toilette 4-en-1.

– Faire chauffer des boîtes de conserve et s’en servir comme bouillotte : tout est dans le titre. Quand on a vraiment froid, et qu’on a déjà tout enfilé, tout ce qui ne prend pas feu tient chaud.

– Booster le moral : parfois quand vous tentez de dépasser vos limites, des baisses de moral pointent le bout de leur nez. Focalisez-vous sur des petites taches, qui vous donneront l’impression d’accomplir des grands succès. Quelques exemples: soigner ses bobos, faire un feu, construire un abri, sécher ses chaussettes (et dire cette phrase 10 fois très rapidement).

 
Fiches astuces : l’intro

Dans ces fiches, nous partageons nos expériences, en vous proposant de faire avec les moyens du bord. Parfois, certains achats nous semblent incontournables, mais de manière générale, nous n’encourageons pas les virées shopping coûteuses. Pour tous ceux qui souhaitent s’équiper en magasin spécialisé des pieds à la tête, vous trouverez en boutique des conseillers ravis de vous venir en aide. Enfin, si vous doutez de l’efficacité de ces quelques conseils, nous ne pouvons que vous assurer que pour nous, ils ont fait leurs preuves ;-) Nous sommes des voyageurs certes aguerris mais amateurs, et ne prétendons pas remplacer les avis professionnels. Scout toujours!


4 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout